À propos

Cette page est destinée à faire les présentations. Alors, je m’appelle Pierre, je suis né en 1981 à Lille, et je suis ce qu’on appelle un « batteur frustré ». Non, pas dans le sens « je suis un gros vénère et je me défoule sur ma batterie »… 😛 Ce que je veux dire par là, c’est que j’ai appris un autre instrument que la batterie, alors que c’était la batterie que je voulais apprendre…

Batteur frustré

En effet, vers l’âge de 12 ans, j’ai commencé à tanner mes parents pour apprendre la batterie. C’est l’époque où je commençais à écouter du rock, notamment les Guns n’ Roses, et j’avais dû voir un clip à la télé et être impressionné par le batteur. Dans ma tête, la batterie était l’instrument le plus cool du monde ! Seulement, mes parents ne voyaient pas la chose comme ça… Une batterie : 1) ça coûte cher, 2) ça prend la place, 3) ça fait du bruit, beaucoup de bruit – et même un putain de boucan de tous les diables !

Comme j’insistais, ils ont fini par me dire : « Si tu veux vraiment jouer d’un instrument, ton oncle a une guitare électrique. » Et c’est comme ça que j’ai hérité, à 13 ans, de la gratte de mon tonton, une Ibanez de 1982 (qui reste la guitare qui m’est la plus chère 🙂 ).

La guitare, c’était certes moins cool que la batterie, mais c’était pas mal non plus, me disais-je. J’espérais avoir un talent inné pour cet instrument et pouvoir jouer bien tout de suite… Je me suis rapidement rendu compte que ce n’était pas le cas. J’ai gratouillé un peu pendant quelques jours/semaines, appris « Au clair de la lune » et « La Cucaracha » grâce à une méthode légèrement moisie… puis j’ai plus ou moins laissé tomber.

Passion guitare

Jusqu’à ce qu’une copine, qui débutait également la guitare, ne m’incite à prendre des cours avec son prof. J’étais vaguement motivé… « Oui, oui, un jour j’en parlerai à mes parents. » Mais elle n’a pas lâché l’affaire. Un jour, ma mère m’a expliqué avoir reçu un coup de fil de sa part, et m’a annoncé qu’elle m’inscrivait aux cours de guitare ! Cet événement a tout changé, et je leur en suis vraiment reconnaissant à toutes les deux.

A partir du moment j’ai pris des cours de guitare, j’ai commencé à vraiment apprécier cet instrument. Pendant les 4 ou 5 années qui ont suivi, je jouais plusieurs heures par jour, tous les jours. Après les cours, la nuit, le week-end. Lorsque j’étais séparé de ma guitare pendant longtemps, j’étais tellement heureux de la retrouver que je jouais dessus toute la journée pour fêter nos retrouvailles.

Après quelques tentatives manquées, j’ai fini par monter un groupe avec des camarades de mon collège croisés à un concert de Noir Désir au Zénith de Lille, en 1997. S’en sont suivies quatre à cinq années de répètes, de démos, de concerts – autant d’excellents souvenirs. Et c’est à ce moment précis que j’en reviens à la batterie…

Premières frappes

Fréquentant assidument le batteur de mon groupe, j’ai pu renouer avec ce vieux rêve d’apprendre la batterie. Il m’a donné les bases, des conseils, et me laissait généreusement jouer dessus à la fin des répètes (en gaucher, car il était gaucher). Lui jouant aussi de la guitare, on a même échangé les instruments sur quelques morceaux « délire » – notamment une reprise de « Jésus revient » – pour les petits concerts de la fête de la musique.

Je savais donc « batouiller » : tenir un rythme, clasher les cymbales, faire quelques breaks, m’essayer à la double pédale… tout ça en gaucher (alors que je suis droitier). Mon instrument de prédilection était entretemps devenu la guitare, mais je ne cessais pas pour autant de caresser le rêve d’apprendre (et de posséder) un jour une batterie.

La batterie silencieuse

Le problème, c’est que vivant en appartement, il m’était clairement impossible d’en posséder une – sauf à prendre le risque de finir lynché haut et court par mes chers voisins… Il y avait bien les batteries électroniques mais je n’en avais pas les moyens. J’envisageais bien de prendre des cours de batterie, ne serait-ce que pour pratiquer un peu, mais je ne l’ai jamais fait au final.

Jusqu’au jour où, passant la soirée chez un ami batteur avec qui j’avais joué dans plusieurs formations en tant que bassiste ou guitariste, je découvre son acquisition faite sur le bon coin : un TD6-K de chez Roland.

Je l’essaye, je kiffe, et il m’explique l’avoir négocié pour 450€ : un bon prix. Je me suis alors dit qu’il fallait que j’achète une batterie électronique : dès que j’aurais une batterie bien à moi, silencieuse et donc jouable en appartement, je pourrais enfin faire prendre un nouveau tournant à cette quête de toute une vie, et apprendre sérieusement la batterie.

J’ai commencé alors à chercher sur le bon coin la bonne occasion. En parallèle, je me suis inscrit chez Music’Act, une école de musique que je connaissais sous le nom de Chorus du temps de mes années de lycée et où j’avais pris quelques cours de guitare blues.

Premier cours pris, je m’achète un pad Remo et des baguettes pour travailler le frisé, en attendant de dénicher une batterie d’occasion. Mais mes recherches sur le bon coin restaient plutôt infructueuses : pour une raison qui m’échappe, la plupart de ceux qui y revendent leur batterie électronique le font à des prix absurdes. Par exemple, un TD9-K à 950€, sans siège ni casque… alors que la nouvelle génération se vend en pack à 1050€.

Les seules bonnes occasions sur lesquelles je suis tombées étaient celles de personnes habitant du côté du Paris… et une autre en Belgique : une TD11-K achetée en janvier 2013, fournie avec siège, casque et pédale de grosse caisse, négociée à 700€. Une excellente affaire en somme… sauf que c’est en Belgique et que je n’ai pas de voiture.

Il m’a fallu attendre 3 bonnes semaines avant de pouvoir aller la chercher, mais ce fut finalement chose faite le 26 octobre 2013 – le jour mémorable où j’ai enfin chopé ma batterie :’) ! En parfait état, très peu servie, encore sous garantie et accompagnée d’une planche d’insonorisation… Je l’ai monté illico presto en rentrant en chez moi, ai joué une demi-heure puis suis parti (en retard) manger chez des amis.

Physique du son

En rentrant chez moi vers 3 heures du mat’, après une longue mais excellente soirée, je me suis installé derrière ma batterie électronique pour jouer. Et là, je m’éclate, de 3 heures à 5 heures du matin… moment où mon voisin du dessous me téléphone (!) puis passe me voir.

Il se lève de bon matin et me rassure : je ne l’ai pas réveillé. En revanche, on entend fort, très fort, les coups de la pédale de grosse caisse. Autrement dit, ma planche montée sur balles de tennis n’est pas suffisante pour absorber les sons. Le problème ne vient pas des sons aériens mais des sons solidiens, ceux qui se propagent dans les solides (autrement dit, le sol… ou le plafond – question de perspective).

Il m’a donc fallu trouver une solution pour améliorer ma planche d’insonorisation. Après quelques recherches sur le web, je tombe sur le site de Wan Vox, qui décrit une solution efficace insonoriser la batterie électronique. (Pour l’anecdote, il s’avère que le webmaster de ce site n’est autre qu’un des anciens locataires de mon appartement, et qu’il avait trouvé cette solution suite aux plaintes du même voisin – qui par ailleurs est très sympa et compréhensif, mais dont on comprend la volonté de vivre dans un environnement calme).

Grosso modo, le processus de construction de la planche d’insonorisation consiste à coller des balles de tennis sous une planche d’aggloméré, et à recouvrir cette dernière de tapis anti-vibration qu’on vend pour insonoriser les machines à laver. Deux couches de ces derniers et le tour est joué !

Apprendre et s’amuser

Depuis les dix jours que je possède ma batterie, j’ai pratiqué les exercices donnés par mon prof, et commencé à apprendre de mon chef les rudiments à la caisse claire. Il y a encore beaucoup de boulot mais apprendre la batterie est un vrai plaisir.

D’autant plus qu’avec le TD11-K, on trouve un port USB et un port permettant de relier le module à l’ordinateur. C’est bien en tant que tel car ça permet d’importer des sons et des morceaux à pratiquer, mais c’est aussi super amusant quand on lie la batterie à l’application V-Drums Friend Jam.

Cette application gratuite, disponible sur iPhone, iPad, iPhone, Mac et PC, permet de jouer sur pistes de playback de différents styles : Rock, Jazz, World, Dance, Metal… Sans doute pour des raisons de copyright on n’y trouve aucun morceau connu, mais il y a une vraie diversité de styles et de clins d’œil qui en font un véritable outil de pratique en groupe. Un très bon exercice donc, d’autant plus que le programme évalue les performances et permet de suivre sa progression.

Le blog Batterie facile

Pour finir, après ce long, très long résumé de mon parcours de guitariste puis d’apprenti batteur (au moins, je vous ai épargné le chant et la basse 😉 ), je voudrais en venir au but de ce blog Batterie Facile.

Mon objectif est d’y partager avec vous des articles sur des thèmes précis liés à l’apprentissage de la batterie ou à la batterie en général. J’en ferai également pour moi une sorte de journal de bord, où partager le fruit de mes recherches, de mes apprentissages, coups de cœur ou réflexions, en espérant que cela puisse aider et intéresser le lecteur.

On pourra peut-être s’étonner du nom du blog qui, tenu par un apprenti batteur, appose l’adjectif « facile » à un instrument qu’il ne peut se targuer de maîtriser. C’est juste. En même temps, le nom sonne bien et s’inspire de celui de mon blog consacré à la guitare : Guitare Facile. De plus, quand bien même on débute, on peut faire tourner des choses relativement simples à la batterie, tout en s’amusant. Cet aspect divertissant que j’essaierai de mettre en avant recouvre en partie l’idée de facilité dans l’apprentissage. Enfin, dernière chose, je m’efforcerai de produire du contenu clair et didactique, et donc facile, si ce n’est à mettre en pratique, du moins à appréhender.

Pour finir, plusieurs moyens de suivre la publication des nouveaux articles seront rendus disponibles au fur et à mesure du développement du site (newsletter, flux RSS, réseaux sociaux, etc.). En attendant, n’hésitez pas à vous abonner à la page fan Facebook du site, que je viens tout juste de créer ! Si vous avez des questions ou souhaitez me contacter, n’hésitez pas à poster des commentaire sous les articles ou à utiliser la page contact.

Je vous souhaite une excellente batterie, un groove qui dépote, et plein de bonnes choses !

Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *